TREVOR

  • sac_trevor_B
  • sac_trevor_C
  • sac_trevor_A

Illustration : Gachwell – http://artofgach.blogspot.fr/
Design : Booniett
Matière : toile coton imprimé – pièce en cuir – doublure coton
Trévor a fait un passage au défilé Handifashion 2014 à Aubagne.

 

Son corps longiligne et solide se détachait à contre-jour sur le ciel gris, au sommet du chemin légèrement boisé. Il se retourna. Ce n’était pas encore la saison, mais une effluve subtile et traversante de fraises des bois se calfeutra en lui, se mêlant à la douce ivresse d’autres souvenirs. Aidée par cette brise imbibée, sa barbe, devenue longue, se confondait maintenant avec ses cheveux.

Son regard ne se préoccupa plus du chemin parcouru. Et ses deux mains s’imbriquèrent spontanément autour de sa sacoche de cuir pourpre. A quelques foulées devant lui, s’ouvrait une clairière limpide.
C’était là.
Il avança d’un pas captivé vers sa destination finale. Le décor semblait fixe. Une couronne d’insectes volants pivotait au ras des fougères émeraudes bercées par le vent. La rosée, doucement soufflée par la tiédeur d’une rivière au cours délié, montait au ciel en une myriade d’étincelles. Tout le charme énigmatique des lieux convergeait en son épicentre, un arbre colossal.
C’était lui.
Son dernier pas fut pour se mettre à genou, la sacoche posée devant lui. Il l’ouvrit aisément grâce à un système astucieux de pierres magnétiques. Ses mains glissèrent à l’intérieur pour en sortir une tablette dont le socle de terre sèche maintenait un entrelacement végétal. Il prit le temps de l’inspecter minutieusement et fut satisfait que son prototype de transcodeur n’ait pas souffert du voyage.
Après toutes ses années à perfectionner sa connaissance des végétaux au point de créer un moyen de communiquer avec eux, il n’en était pas moins intimidé devant l’âge du plus vieil arbre de la planète. Il avait eu le temps de mûrir la première question à lui poser.
C’était maintenant.
Dans un geste hésitant, ses doigts effleurèrent les premières feuilles de sa tablette, suivis de pistils et de graminées, dégageant ainsi les essences et pollens des premiers mots. Une nuée presque invisible s’en échappait. « Qui sommes-nous ? »